Edinburgh Yarn Festival, balade écossaise !

ll y a deux mois, je m’envolais pour Edimbourg et son festival bien connu : le Edinburgh Yarn Festival, ou Edinyarnfest. Je vous propose un petit retour sur cette escpade hivernale, et en toute fin de post, vous trouverez les infos pratiques si comme moi vous souhaitez vous rendre une prochaine fois au Edinyarnfest.

Edinyarnfest, the big big one…

Déjà l’an dernier, j’avais très envie de me rendre à Edimbourg pour son fameux festival. Une liste d’exposants alléchante, un salon 100% laine et tricot… et en prime la possibilité de se faire un petit week-end dans une capitale européenne bien sympa, et cherry on the cake : pour mon anniversaire. Depuis mon expérience du Lot et la laine l’an dernier, j’ai envie de faire tous les festivals de la terre !

Me voilà donc partie pour Edimbourg avec une valise la plus vide possible et bien accompagnée de Monsieur, toujours si bien disposé à me suivre dans mes expéditions ! (enfin pas jusqu’au Corn Exchange où avait lieu le festival, il en a profité pour jouer les touristes en solo le temps d’une journée).

Premier clin d’œil la veille, nous avons choisi un pub un peu au hasard, on s’installe, et nos voisines de table étaient toutes les trois avec leurs tricots et des sacs partout par terre : les achats du jour au Edinyarnfestival! On discute un peu, elles sont ravies de leur journée. Je regrette de ne pas avoir pris mon tricot moi aussi. A vrai dire je n’ai pas osé, je ne pensais pas me retrouver dès la première sortie dans le vif du sujet ! Ça donne l’impression qu’Edimbourg est la ville où tout le monde se balade avec son tricot ! (en vrai, pas vraiment, mais ça valait tout de même le coup de le mentionner ici). En tout cas c’est toujours sympa de rencontrer des tricoteuses dans les lieux publics.

Edinyarnfest c’est avant tout … GRAND. Les organisatrices annoncent « the biggest in the UK », je ne sais pas si c’est vrai, mais  on ne sent pas berné ! 2 halls, 2 salles pour tricoter (800 places assises tout de même!), des stars du tricot en veux-tu en voilà, c’est étourdissant ! Ysolda Teague, Stephen & Peneloppe, Loop London, A yarn story, YAK (où j’ai acheté mon sac Fringe Supply & co), Skein Queen, Purlescence… Pour plus de détail, je vous laisse consulter la liste des exposants 2018. 

J’ai fait le tour plusieurs fois, toujours avec cette impression de « tient ça je n’avais pas vu! ». Le point fort c’est aussi le nombre de places assises avec table, petit coin thé et gâteaux, on est vraiment invités à papoter, s’installer tricoter (et c’est bienvenu après le piétinage dans les allées). Ça permet aussi de faire des rencontres, à peine assise j’ai discuté avec ma voisine de table, originaire des Shetlands, c’était très intéressant. Et puis j’avais aussi un petit rendez-vous avec Valérie, une autre Frenchy venue comme moi  se perdre non pas dans les lacs et les montagnes de l’Ecosse, mais dans les écheveaux et les pelotes.

Mes coups de cœur

Sur la longue liste  d’exposants,  j’ai choisi de vous parler de quelques coups de cœur :

Jess est une américaine originaire de l’Oregon, et a ouvert son magasin, Ginger Twist Studio à Edimbourg en 2013. C’est une passionée de fibres et de laines, très chaleureuse, et rayonnante avec son look un peu rétro. Elle m’a gentiment aidée à choisir une laine pour un projet que j’avais en tête (mais depuis j’ai changé de projet … je crois que je ne suis pas la seule à qui cela arrive régulièrement). Elle vend ses propres laines teintes à la main (Ginger’s hand dyed), ainsi  que des laines manufacturées comme The fibre Company, Au final j’ai choisi des écheveaux 50% mérinos 50% soie, coloris beige avec des reflets bleutés, une merveille ! J’ai vraiment passé un bon moment sur le stand !

ginger twist studio

J’ai TOUT aimé sur ce tout petit stand. Sue Statford est une designer. Elle a écrit un livre « A bird in hand« , 18 modèles d’oiseaux (le flamant rose est tellement tellement mignon!!) à tricoter. J’ai beaucoup aimé l’arbre à oiseaux, en quelque sorte la pièce maitresse du stand. Entre livre et kit j’ai longuement hésité mais au final, et après avoir failli acheter 15 fois le flamant rose, je suis repartie avec le kit « Edinburgh special », c’est à dire un kit pour tricoter non pas un oiseau mais une Nessie (oui, apparemment Nessie est en réalité une fille ! j’ai appris pleins de trucs durant ce voyage ;)), et son petit bébé « Mini Ginny ». J’ai craqué pour le côté souvenir de voyage de ce kit là. La laine fournie vient de chez Skein Queen, une autre indie dyer présente (juste en face), Ceci dit, il se pourrait que je sois passée à côté de mon « vrai » coup de cœur car depuis que je suis rentrée, j’ai surtout en tête le Volt Sweater … sur le moment j’étais plutôt à me dire, « Joli, mais PAS pour moi!! » … trop voyant ? trop original ? trop tout ? Bon ok je ne le mettrais peut être pas pour aller travailler… mais pour les week-ends d’hiver, en jean-baskets je me vois dedans depuis 3 mois… pour vous dire, il ne se tricote pas tout à fait sans couture puisqu’il faut faire les coutures côtés… et je suis même prête à le faire (chez moi c’est un indicateur fort de mon degré de motivation !! parce que bon les coutures c’est quand même beurk 😉 Mais que voulez-vous, je crois que j’ai vraiment eu un coup de cœur !

sue stratford knits

Là, on change de registre : un très gros stand, des références de laine à n’en plus finir, plusieurs vendeurs/euses, paniers en osier à disposition, pas de doutes, on est plus sur de la teinture ou du design artisanal. Pour autant, ces couleurs … !!!! On est au paradis du pastel ! Avec l’envie dévorante de tout toucher (et bizarrement je trouve que sur ce type de stand qui ressemble presque à un magasin, on ose plus tout tripoter ;)) Bref c’est un autre style, mais on en prend plein les mirettes ! Je connaissais la marque de nom, je ne sais pas si j’avais déjà eu l’occasion d’en voir « en vrai ». En fait, le coup de cœur que j’ai eu sur ce stand, je pensais l’avoir pour la marque Blacker Yarns, une autre marque de laine anglaise. Mais finalement, leur stand m’a moins tapé dans l’œil, et leurs laine, plus rustiques que je ne le croyais, m’ont fait un peu peur… (Toujours la peur du pull qui gratte !). Alors que visuellement sur le stand d’Eden Cottage Yarn j’en ai pris pleins les yeux. Et je suis repartie avec de la laine DK pour un futur gilet vert « petits pois » !

eden cottage yarns

 

eden cottage yarns

Pour le récit complet de mon butin, rendez-vous dans le 22ème épisode du podcast !

Voilà pour les 3 stands que j’ai choisi de mettre un peu plus en avant. Malheureusement, et à moins d’écrire un livre, je ne peux pas détailler tous les stands 😉 . Voici donc en images, la suite de mes nombreux tours dans les allées !

 

Côté pratique

Tout ce qu’il faut savoir sur le festival

Lieu & horaires

Le Edinyarnfest a lieu au Corn Exchange , 11 New Market Road, Edinburgh.

Les dates 2019 sont annoncées :  du 21 au 23 Mars 2019 (les cours et l’ensemble des événements autour commencent le 20 et finissent le 24 mars).

Evénements périphériques

La grande richesse du festival c’est le nombre d’événements associés. Bon, je dis ça alors que je n’ai pris part à aucun, car étant toute seule j’avais un peu peur de ne pas arriver à nouer de contact (et hum accessoirement comme Monsieur a bien voulu m’accompagner à Edimbourg, sous la neige, par moins 10°, c’était aussi de bon ton de passer un peut de temps avec lui …). Mais clairement, à refaire avec des tricopines, il ne faut pas négliger tout cet aspect meet-up/ communautaire, car tricoter c’est aussi profiter de l’appartenance à une communauté chaleureuse et créative. Parmi ces événements : the big knit night (soirée tricot), the Ceilidh (tricot et danses traditionnelles écossaises), ou encore Meet the sheperds, pour rencontrer des producteurs de laine. Tous ces événements sont sur inscription. Durant les trois jours du festival, il y a aussi énormément de cours, ainsi que des conférences.

Billetterie & affluence

Le système de billetterie se faisait en prévente et en vente à l’entrée. Le principe est que les organisatrices mettent en vente un nombre limité de places en ligne, en décembre. A savoir : le jeudi (1er jour du festival), seules les personnes ayant acheté une entrée en ligne peuvent venir, il n’y a pas de ventes à l’entrée. Je pense que c’est le meilleur choix question affluence, mais je n’y avais pas pensé sur le moment.

Quelques adresses à Edimbourg

Voici quelques conseils et bonnes adresses si vous planifiez un voyage à Edimbourg.

Notre Hébergement

J’ai opté pour air bnb, un appartement assez central, dans un quartier rénové. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il  s’agit de Well Court, un bâtiment historique datant de 1880. Construit par Sir John Findlay propriétaire du journal « The Scotsman », le bâtiment était à l’origine destiné aux ouvriers, et se donnait pour objectif, en fournissant un logement de qualité et bien équipé pour l’époque, de former une classe ouvrière « respectable », c’est à dire en bonne santé et plus heureuse (et donc probablement aux yeux de son constructeur, plus productive…). Le bâtiment a fait l’objet d’une belle rénovation, c’était la bonne surprise en arrivant ! Le lieu dégageait une très belle atmosphère (on y a d’ailleurs fait les photos de mon lighthouse pullover !) L’hôtesse était très sympa, l’appartement joli et propre. Les photos ne lui rendent pas forcément justice, surtout pour le joli environnement !

Restaurants

Un peu galère côté restaurants, notamment une certaine errance sous la neige un samedi soir pour trouver un endroit ou diner, et un improbable restaurant presque troglodyte recommandé par notre hôtesse air BnB (oups !),  mais on a quand même trouvé deux adresses sympa :

  • The voyage of Buck : situé dans le quartier du West End (29-31 William St, Edinburgh), un peu à l’écart de l’hyper centre, mais avec quelques pubs, restaurants et bars, le quartier est plus calme (et plus près de notre air BnB aussi). Une ambiance pub moderne et bons petits plats, notamment le saumon « made in Scotland » et la spécialité du coin : un bon steak avec des Saint-Jacques ! (drôle d’idée sur le papier, mais très très bon !).

  • The Huxley : 1 Rutland Street Edinburgh, pareil, un pub moderne, mais une carte plus proche de celles des pubs traditionnels (burgers, fish and chips, ainsi que le traditionnel English breakfast !).

Et pour finir, une petite carte postale, le château d’Edimbourg !

Alors, qu’en dites vous, tenté(e)s par une virée au Edinyarnfest l’an prochain ? 

 

4 Commentaires

  1. Waouh très très chouette résumé, cela donne très très envie.
    Super choux la Nessie et son bébé au crochet.

  2. Super revue de ton petit séjour, c’est vrai que ça donne envie et de visiter l’Ecosse et encore plus d’aller au festival ! Tu penses y retourner l’année prochaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.