Autocensure oblige…

Faut-il vraiment tout dire ? Faut-il ne parler que de ce qui va bien et laisser de côté ce qui a été décevant ? Tout ça c’est quand même bien personnel en somme. Mon patron préféré n’est pas le même que celui de ma copine, elle aime sûrement des tissus que je déteste. Elle coud avec une Brother, moi j’ai une (même deux) Singer que j’aime beaucoup, alors qu’ elles sont souvent critiquées. Je n’aime pas la laine « qui gratte », un autre concept particulièrement flou : « qu’est-ce qu’une laine qui gratte, vous avez 4 heures »… bref tous les goûts sont dans la nature. Je pense que nous le savons tous et que nous l’acceptons.

Pourtant quand vient le moment d’exprimer une opinion, c’est un peu plus délicat. Combien de fois j’ai commencé un post sur IG en me disant « Allez, cette fois j’y vais, je suis déçue et je le dis », mais au final j’efface mon post. Trop peur des réactions, peur que la critique soit mal comprise, provoque un raz-de-marée ig-esque de vindicte populaire. En effet, si j’émets une critique, je crois que c’est juste pour partager mon opinion, je ne m’attends pas, ni à ce que tout le monde me suive dans une vague de lynchage du l’objet en question, ni à ce que tout le monde me tombe dessus, si d’aventure j’étais la seule à penser comme ça. Ironiquement, les quelques fois où je me suis risquée à tenter une opinion « discordante », ou que du moins j’estime discordante, j’ai vite pu constater que je n’étais pas la seule à penser ceci ou cela. Et ça n’a rien de très étonnant non plus.

Je suis la première à défendre le côté bisounours de la sphère tricot et couture, à ne pas vouloir dans mon fil IG de comptes trop « polémiques » (à me lire, on croirait que je parle géopolitique !). D’une manière générale, je déteste le conflit sous toutes ces formes.

Pourtant, à la lecture de posts et commentaires ici et là ces derniers jours, j’ai décidé d’écrire ce petit billet pour vous parler de quelques trucs qui ont pu me contrarier, sur des exemples précis, mais aussi sur des réflexions de fond… juste pour le plaisir de l’exercice en quelque sorte.

Après tout, personne ne veut vivre dans un monde lisse et uniforme (même celui du fil !), et au final, s’astreindre à ne parler QUE de ce qui va bien est peut être aussi absurde que de ne parler QUE de ce qui irait mal…

Alors, c’est parti pour la distribution de gentils bonnets d’ânes (customisés, cela va sans dire). Il n’y a pas d’ordre, ou du moins l’ordre de citation n’a pas vraiment d’importance… j’y mets pêle-mêle : de la critique que j’espère constructive, des sentiments et des ressentis avant tout personnels (donc si vous ne pensez pas comme moi, ce n’est pas grave !), des trucs qui m’ont peinée (finalement je ne sais pas pourquoi je ne partage ce qui me rend triste plus souvent car encore une fois c’est personnel, et donc pas vraiment critique) ceci non pas dans le but de me plaindre, mais de lutter contre mon autocensure, et peut-être vous encourager à faire de même ! J’ai choisi trois exemples pour illustrer mon propose, vous verrez qu’il est plutôt question de couture et de tailles, comme souvent quand je prends position (on ne se refait pas ;)).

Je me répète une dernière fois, si je pointe du doigt des marques ou des objets, c’est avant tout dans un but d’échange, de partage, et pour lutter avant tout contre la censure que je m’applique à moi même. Je n’ai pas pour ambition de vous embarquer dans une rebellion ou un boycott contre qui ou quoi que ce soit !

 

 

Non, je n’ai peur de rien, tant qu’à écrire un article contre l’autocensure, autant y aller franco. Mon premier point concernera donc la célèbre marque Deer and Doe, encensée et qu’on ne présente même pas aux gens qui vivent dans des grottes… mais mais mais, pour ma part  je pense m’être laissée quelque peu endormir par un marketing, surtout à l’époque, assez axé sur le fait que la marque faisait la part belle aux rondeurs, aux femmes avec des formes. En fait de rondeurs, on parle surtout de morphologie « très très sablier », avec des formes, oui mais bien placées. J’ai donc tout de même acheté quelques patrons de la marque avant de m’apercevoir que je faisais fausse route car je n’ai absolument pas la morphologie adéquate pour la marque, ayant à peut près 0 taille à mettre en valeur. Pour une couturière, vous avouerez que devoir rayer Deer and Doe de la liste, c’est quand même tristouille, et j’ai mis du temps à l’accepter, et je pense que ce discours de marque pour les femmes avec des rondeurs y était pour beaucoup. Or, une petite étude des mesures proposées et du ratio taille / hanches montre bien que en fait de rondeurs, on parle surtout de celles qui sont bien localisées, poitrine et fesses/hanches, mais le bidou lui par contre, il vaut mieux qu’il se tienne bien ! Je dirais qu’il y a un peu tromperie sur la marchandise donc. Ce qui ne m’empêche pas de trouver la plupart des modèles très réussis, et avec un goût très sur. C’est juste que moi aussi j’aurais bien aimé me glisser dedans (si possible avec mon ventre…). Bref.

Quid de l’élargissement jusqu’à la taille 52 me direz-vous ? Et bien oui, c’est bien. Franchement quand la première collection est sortie, j’étais aux anges, j’ai même les 3 patrons (Hoya, Goji et Luzerne (oui oui, le trench vu mon niveau de couture c’est assez comique j’en conviens, mais ça vous montre mon niveau d’enthousiasme sur le moment !)… mais mais mais… ok, toujours plus de tailles c’est bien et on est quand même tenté de ne pas faire de critique quand quelqu’un s’intéresse au sort des plus rondes. Pour autant, pardon mais qu’est-ce que ça m’agace que ce ne soit disponible qu’en PDF !! Un peu l’impression de faire partie de la seconde classe quand tout le monde est monté en première tout de même. Je comprends qu’il y a sûrement une logique économique derrière, mais en même temps, le marché des tailles 46 et au-delà est quand même immense, et je ne pense pas ce que serait une perte d’argent. Cela, je ne l’ai pensé tout de suite mais autocensure oblige, je ne l’ai jamais dit. Cela étant dit, j’aprécie beaucoup quand c’est Elodie Blueberry qui prend la pose pour Deer and Doe!

 

  • Les kits de la robe Mana chez Auguste et Pénélope :

C’est l’histoire de Caroline qui aime bien la nouvelle robe Mana, patron de la marque Chez Machine, qui voit sur Instagram, ce tentateur insatiable, que des kits existent chez Auguste et Pénéloppe dans un coton bio tout à fait adorable. Y a-t-il un truc qui coche plus de cases en même temps sur la toile en ce moment ?? Armée de mon smartphone je suis prête à dégainer le paypal entre midi et deux mais mais mais… au moment fatidique de cocher la taille du patron souhaitée (50-56), le prix passe de 74€ à 90€ ! ben oui forcément, il faut plus de tissu… alors, autant l’hémisphère rationnel de mon cerveau est tout à fait à même de comprendre que oui, si tu rajoutes 1 m de tissu, tu as plus de matière, donc c’est plus cher, autant l’hémisphère émotionnel a quant à lui mis tous les voyants au rouge et a crié à la surtaxe pour les kilos en trop (ou pas d’ailleurs…). Je pense vraiment que les deux positions s’entendent, mais j’aurais vraiment préféré un prix unique médian vu qu’il s’agissait bien de kits. Si je fais un parallèle, en magasin, un même vêtement coûte pareil, qu’il s’agisse du 36 ou du 50 (hypothèse dans un magasin qui proposerait cette gamme de taille, comprendre : a priori, pas en France). Et pour ma part, il en va de même pour un kit. Sinon, je me sens à nouveau citoyenne de seconde zone. Dommage, d’autant plus que j’aime beaucoup la marque Chez Machine et Aurélie sa fondatrice, pour son discours très bienveillant sur les tailles et les morphologies. Et donc, autocensure oblige, et aussi pour ne pas peiner Aurélie, je ne l’ai jamais dit.

Alors là je vais juste être méchante, sans second degré, et directe : la pensée selon laquelle on peut écrire et faire éditer un livre intitulé « basiques pour les rondes » et sous titré « Robes, tuniques, jupes de la taille 44 à 48 » me donne tout simplement envie de hurler. Je pense que beaucoup du gens vivent dans un monde où les filles qui font du 38 mettent du 38, celles qui font du 40 mettent du 40, celles qui font du 42 mettent du 42, celles qui font du 44 mettent du 44, celles qui font du 46 mettent du 46, et ensuite il se passe un truc complètement dingue : absolument TOUTES les autres femmes mettent du 48, et peu importe qu’elles fassent un 48 ou un 62. C’est quand même extraordinaire. La NASA est-elle au courant ? Je ne connais pas l’auteure, je n’ai vu le livre que sur Amazon, jamais eu entre les mains, mais enfin M… quoi. Voilà, celui là j’ai eu envie d’en parler vraiment très très souvent. Mais à chaque nouvelle recherche de livre de couture sur Amazon, il ressort… Donc pas facile de l’oublier. Et donc, autocensure oblige, je ne l’ai jamais dit (et celui-là, ça fait vraiment du bien qu’il soit sorti !)

Je pense que je vais m’arrêter là même si la liste pourrait encore s’allonger … j’espère n’avoir choqué personne, surtout les fans de Deer and Doe ;), je sais que c’est un monument…

Je n’ai finalement pas trouvé grand chose à dire en tricot… et au final mes principaux griefs concernent surtout, en comme souvent, un histoire de tailles, de non représentativité de toutes les morphologies, et plus généralement, des petites galères quand on ne rentre pas dans les cases.

A l’avenir, j’essaierai de partager avec vous plus spontanément ce qui ne va pas ! 

Et vous, quand ça ne va pas, vous le dîtes ? Ou vous êtes comme moi et vous avez tendance à vous censurer ? 

14 Commentaires

  1. Ce n’est jamais facile d’aller à l’encontre de la pensée « commune » mais si comme là on a réfléchit à sa façon d’exprimer son mécontentement, et bien on en a tout à fait le droit de l’exprimer . Pour moi l’important est que çà soit justifier même si c’est par rapport à soit que la critique ne soit pas lâcher sans raisons aucunes. On a toutes nos coups de gueule, et parfois çà fait du bien de le dire
    roxane6211 Articles récents…CombishortMy Profile

  2. Je le dis rarement… Et pourtant j’ai moins d’audimat que toi. J’ai eu quelques déconvenues en couture notamment. J’adore pourtant lire les avis négatifs, ce qui est quand même plus crédible que la perfection à chaque patron et utile aussi, car certains ont trouvé des solutions ! Et juste pour réagir à ce que tu écris, je ne fais que du 40 mais je couds peu de Deer and Doe car je n’ai aucune taille à souligner. 😉

    • Moi aussi, comme toi j’aime bien lire les avis négatifs (argumentés et justifiés !), ça faisait partie de ma réflexion justement, car comme je disais j’ai l’impression d’opter pour l’option « ne rien dire » plutôt que de dire les choses…. alors que je suis la première à aimer lire ces avis critiques ! Pour les tailles, j’ai un billet à vous écrire sur « qui taille comment »… il faudrait que je m’y mette!

  3. Je trouve très bien qu’on ose enfin aborder ce sujet des retours objectifs sur ce que l’on coud ou tricote. Car après tout, si le vase déborde aujourd’hui chez plusieurs, c’est sûrement qu’on avait parfois atteint un degré d’hypocrisie qui devenait suspect. Car comment croire à la perfection totale et permanente qui nous était toujours vantée ? Hein, honnêtement ? Donc tu as eu raison de t’exprimer, d’autant que tu le fais avec tact et précautions, tout en argumentant ton propos. A mon sens, les retours objectifs et pas toujours uniquement positifs, ne sont pas à prendre comme des critiques, mais comme des moyens de remise en question pour permettre d’évoluer chez les marques. Et ils sont bien utiles pour les autres couturières /tricoteuses etc… qui souhaitent entamer un nouveau projet. C’est là que la notion de partage prend tout son sens. Et pour moi, c’est un des buts des réseaux sociaux. Car quel intérêt de cacher la vérité ? Je préfère savoir ce qui m’attend avec un patron, un tissu ou une laine, plutôt que de tomber de haut après n’avoir vu que des coms élogieux, au risque de penser que le souci vient de moi .
    Et pour te rassurer, moi aussi, j’adore Deer & Doe, mais moi le souci, c’est que je ne remplis pas suffisamment le haut du 8 !!! 😉 Donc retouches indispensables !
    Pour les prix des kits, je comprends que le tarif évolue selon les métrages contenus dans chaque kit, mais il serait peut-être plus judicieux d’indiquer dès le départ « prix allant de tant à tant selon les tailles ». Comme ça, on est prévenue dès le départ.
    Merci en tout cas d’avoir partagé ton point de vue, bisettes !

    • C’est vrai que les observations positives ou négatives des autres aident aussi dans nos choix, et comme tu le dis, à un moment si tout est parfait, c’est suspect ! (même dans le monde merveilleux du tricot et de la couture 😉 Mais je pense que c’est humain d’avoir peur de sortir du rang en emettant un avis divergent… un de mes comptes préférés était les habits neufs de l’empereur quand j’étais petite… et bien je trouve que cette histoire se vérifie tous les jours ! L’empereur est tout nu, mais personne n’ose le dire !! 😉
      Merci en tout cas d’avoir donné ton avis !

  4. Coucou ! Ton article est très bien écrit et je me suis beaucoup retrouvée dans tes témoignages. Pour le kit mana j avais vu la différence de prix! Tu as su exprimé tout haut nombre de pensées que j ai eu mais jamais dites car c est vrai il est souvent plus simple de rentrer dans un moule (ou faire semblant…) que d exprimer notre réelle opinion et pourtant les réseaux nous offrent largement cette opportunité. Y a aussi un peu de « faut suivre la mode » : j entends : faut tricoter le patron en vogue du moment parce que tout le monde le fait (et même si c est un modele qui ne nous va pas). Bref…. Ton article en tous cas va me pousser à être plus honnête avec moi même et avec les personnes qui me suivent. Bisous !

    • Merci Sandra ! Oui moi la première souvent, c’est à force de voir des tissus des modèles que je finis par les toruver jolis et avoir envie de les faire ! bien sur j’ai des coups de coeur mais j’ai aussi fait beaucoup de choix de « mode » je pense… Comme tu le dis il faut être honnête avec soi-même ! Après, si c’est le modèle du moment mais j’ai vraiment envie de le faire, je pense que je ne m’en empêcherais pas « juste » parce que c’est vu et revu… mais une petite introspection sur les vraies raisons ne fait jamais de mal !
      En tant que ronde, j’aprécie ce côté petit mouton tout de même, car c’est un peu un pied de nez à de la frustration accumulée de toutes ces années de prêt-à-porter où la mode, du moins certaines pièces restent inaccessibles car on ne rentre pas dedans ! alors que là, si je veux telle ou telle chose que tout le monde a, je peux ! Je pense notamment aux tissus… Bisous !

  5. Très très chouette article !! Tu as raison de dire ce que tu penses, et je le dis alors que je sais que je fais beaucoup d’auto-censure… Si un truc ne m’a pas plût (mais genre pas du tout ^^), j’en parle juste pas ou alors je minimise grandement. Alors qu’il est normal d’avoir des déceptions… surtout quand on est débutant et qu’on « teste » plein de choses. Je sais que je m’auto-censure aussi beaucoup dans la vie…
    Et puis c’est vrai qu’il y a un petit côté « mouton » dans la communauté couture/tricot et on évite de parler à contre-courant… Je pense aussi que beaucoup de designers/marques sont des indépendants et on ne veut pas faire de la « mauvaise pub » alors que ce n’est qu’une opinion, un retour.
    Et si on en est à dire ce que l’on pense… sur les tailles, j’aurais bien quelques remarques sur le dernier Modes et Travaux… Moi qui rentre dans le commerce dans du 40/42, je dois couper dans du 44/46… Tiens je vais peut-être réfléchir à un post IG…

    • Merci Marjorie, comme toi je m’auto-censure aussi beaucoup dans la vie !
      C’est un point intéressant que tu soulèves : les avis débutants ! Ce sont sûrement les plus importants car c’est quand on début qu’on a le plus besoin d’être guidés… alors qu’en faitc’est aussi quand on débute qu’on exprime le moins son avis, je pense, par peur de ne pas maitriser suffisament le sujet ?
      Moi ton post me donne des idées pour un article sur les choses que j’aurais aimé qu’on me dise en tant que débutante !

  6. Tiphanie Quandlechatnestpasla

    Comment te sens tu maintenant ? Toi qui t’autorise enfin à dire ce que tu as sur le coeur ?

  7. Bonjour,
    J’ai lu plusieurs fois votre texte et je le trouve bien. Je m’éloigne de plus en plus de cette frénésie de se coudre le dernier patron sorti. Après avoir été prudente, j’avais acheté certains patrons qui, une fois cousu, ne m’allaient pas…Une fois, deux fois, trois fois, puis basta ! J’ai cousu des hauts simples et frais pour l’été, pas de pantalon, pas de jupe super courte. Chacun porte avec plaisir le modèle dans lequel il se sent bien. Pour le tricot, les modèles amples ne me plaisent pas. Le Lady Marple me va, me convient. Non, non, pas d’océan de jersey, non, non, je n’ai pas envie de m’embêter pour être « in »…Merci beaucoup de vos propos en attendant avec plaisir les prochains.
    Gabrielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.